[Portail pour l’accès aux droits sociaux]

"Atelier des enfants, accueil des familles" Chronique hebdomadaire de novembre 2011

lundi 7 novembre 2011 -

Le réseau d’entraide et de solidarité de l’amicale laïque de Beaubrun à St Etienne développe un accueil de rue appelé "atelier des enfants, accueil des familles".
Voir :
"Des photos de l’accueil des enfants sur le terrain de Tarentaize à St Etienne"
"Dans le quartier de Beaubrun, un accueil inconditionnel pour rompre l’isolement de certains enfants et de leurs familles"

Il nous a semblé utile de mettre en ligne les commentaires à chaud semaine après semaine de notre présence sur le terrain de Tarentaize (quartier de Beaubrun) avec les enfants et les parents qui viennent petit à petit.
Ce bloc note hebdomadaire est en quelque sorte la matière de base de nos réflexions pour élaborer cette démarche et peut-être en tirer quelques enseignements pour d’autres orientations dans le travail en direction des enfants. Nous espérons qu’il permettra à tout ceux qui s’intéressent au travail avec les enfants et leurs parents, de comprendre ce que nous tentons de construire, ce à quoi nous nous heurtons, les évolutions de notre travail.

Voir la chronique d’août à octobre

Le groupe du réseau d’entraide et de solidarité de l’amicale laïque de Beaubrun.

Mercredi 2 novembre

Une journée qui s’est déroulée dans le calme, autant le matin que sur le terrain.

Ce matin Iounes et Sofiane ont fait la pâte à sel colorée pour l’activité de l’après midi. On se rend compte qu’il faut prévoir des activités manuelles en quantité conséquente pour que tout le monde puisse participer.

Nous ferons des petits sablés mercredi prochain le 09/11 au matin au local que nous apporterons pour le gouter de l’après midi.
Samedi prochain le 13/11, nous proposons à toutes celles et ceux qui ont la possibilité, d’apporter un gâteau maison, les enfants y sont très sensibles.

Les 24 et 31 Décembre tombent des Samedis, Il pourrait être bien d’organiser quelque chose de plus festif, mais tout le monde ne pourra peut-être pas être là. Pourrait-on se tenir informé de nos disponibilités et de nos idées pour passer de bons après midi.

Il serait peut -être bien de se rencontrer prochainement pour faire un petit point sur notre travail, réfléchir à une formation autour de la gestion des conflits ou des comportements des enfants qui nous déroutent parfois pour pouvoir mieux les aider et aussi anticiper les vacances à venir qui s’annoncent assez riches. Que pensez-vous d’un samedi vers 13h00 ?

On en reparle Samedi, Biz
Adeline

Samedi 5 novembre

Bonjour,

Ce samedi 5 Novembre a été plutôt éprouvant. Nous étions deux à être présentes avec une vingtaine d’enfants, surtout des grands, le climat était plutôt tendu. La fête de L’Aïd semblait en cause… et bien d’autres choses certainement.
5 enfants nous attendaient au local pour porter les sacs. Il y avait également des nouvelles têtes, ça démarrait plutôt bien…

Le terrain était inondé par endroits, les jeux n’étaient pas très faciles à organiser.
Face à ces moments de flottement, nous avons tenté de proposer un jeu collectif. L’épervier a été retenu.
Les jeux collectifs semblent très difficiles à vivre pour certains. Beaucoup d’enfants n’arrivent pas à prendre de la distance quand les jeux ne se déroulent pas aussi bien qu’ils voudraient, face aux « tricheurs » par exemple …. Il y a eu beaucoup d’interruption dans le jeu pour essayer de retrouver le calme, il y a eu aussi des moments où on s’amusaient.
Mais une grosse bagarre a éclaté entre Issa qui avait reçu un ballon dans la figure lancé à bout portant par Houcine qui n’a pas voulu s’excuser.
Houcine s’est retrouvé par terre et a reçu des coup de poing dans la tête. Nous sommes parvenues à les séparer, certains enfants cherchant à nous aider, d’autres avaient tendance à alimenter le conflit. Nous avons passé environ une demie heure à éviter l’escalade, Houcine n’a jamais pu retrouver son calme, Issa a essayé de rétablir la paix avec lui. J’ai proposé à Houcine de le raccompagner chez lui pour l’aider à sortir de cette hargne, il m’a répondu : « je vais chercher mon grand frère ». Je n’ai pas pu le retenir.

Nous avons proposé de prendre le goûter, ça a été un temps de réconfort, Issa a eu droit à une double ration.
Les enfants ont parlé des rivalités entre blédards, pas blédards, des parents qui parfois s’en mêlent…. Abdel a dit que ce n’était pas bien de proposer des jeux collectifs, ça énerve trop. Je trouve très positif qu’il puisse dire comment il ressent ce qui se passe, nous construisons peu à peu des relations plus authentiques, nous pouvons réfléchir ensemble à comment construire des moments où nous nous sentons bien ensemble.
Issa et un groupe de copains ont décidé de se réfugier à la médiathèque pour éviter une nouvelle bagarre avec la perspective de l’arrivée du frère de Houcine qui « tape comme une brute ». Ils m’ont demandé de les accompagner.
A mon retour, le père de Houcine et une mère discutaient avec Adeline. Ce père semblait dépassé par l’agressivité de ses fils ; « c’est toujours des bagarres ». Il ne voulait pas que ses fils viennent à nouveau se battre sur le terrain, je l’ai remercié de sa présence, je lui ai expliqué ma version des faits.
La mère a parlé de son raz le bol de ces bagarres incessantes. Elle ne laisse sortir ses enfants qu’avec notre présence. Elle a raconté que parfois, les parents se mêlent des disputes et se prennent à partie entre familles.
Le père de Houcine est parti, Houcine et son frère sont arrivés sur le terrain. Certains enfants ont dit que Issa était à la médiathèque, je les ai suivi et j’ai demandé au gardien de ne pas les laisser entrer.
Le père cherchait ses fils, nous avons pu parler ensemble au grand frère, de son envie de défendre son frère, de l’évènement qui avait provoqué la bagarre, de la fête du lendemain où la bagarre n’avait pas sa place…. Il est redevenu souriant et est rentré chez lui. Par contre Houcine était encore plein de hargne, nous n’avons pas pu parler.

Nous sommes partis à 16h30, il ne semblait plus y avoir de risque d’une nouvelle bagarre. Nous n’avions plus aucune énergie pour rester avec les autres enfants.
Nous n’avions apporté que des jeux de ballons, raquettes, cordes à sauter… Il manquait des jeux de société. Nous pensions aller dans un second temps à la médiathèque.

La morale de cette histoire c’est que nous ne pouvons pas être présents aux enfants dans de bonnes conditions seulement à deux, il nous faut une équipe de 4 personnes minimum pour pouvoir rester disponibles à tous, ne pas être totalement débordés. Ce manque de présence adultes peut mettre en péril ce que nous essayons de construire. C’est un engagement dans la durée.

Nous sentons que les plus grands ont besoins d’activités qui aient du sens, de « travail » dont parle Laurent, qui soit utile. Il y a plein de choses possibles : nous voulons aménager l’extérieur de notre local, peindre les murs, construire des bacs pour jardiner….
Nous ne pouvons rien leur proposer si nous ne sommes pas plus nombreux.

Nous sommes dans une course contre la montre, pour ce troisième dossier de demande de subvention, c’est un gouffre de temps. Georges nous aide beaucoup sur les questions de budget prévisionnel, de paperasse administrative…

Voilà les nouvelles.
Adeline rappelait l’intérêt d’une rencontre pour parler ensemble de l’évolution de ce travail. Nous allons proposer une date un Samedi à 13h Nous souhaitons être présents le samedi 24 et 31 Décembre. Il est peut être possible de faire intervenir une animation avec les Francas qui peuvent apporter des jeux surdimensionnés. Avez-vous d’autres idées ? Merci de dire vos disponibilités.

Bien amicalement Josiane

Réaction de Laurent OTT
Merci de ces nouvelles encore plus précieuses en période de doute et de difficulté (et il y en a).
A la lecture de ce message, je ne peux qu’être d’accord pour le nombre mais surtout je me dis que les jeux collectifs c’est bien, si on rompt avec les "rituels de confrontation" entre deux équipes qui sont surinvestis
Je pense que vous pourriez peut être essayer soit des jeux où il n’y a pas deux camps : Poule renard vipère, chat glacé, voleur de poules, épervier... Ou bien les jeux qui ne sont pas ritualisés et où les adultes sont indispensables (et qui sont appréciés) : la gamelle, la tekke, double drapeaux, ultimate, bérêt ou double bérêts, ou le hockey (sur gazon avec crosse en plastique et boule ; le matériel est un petit peu coûteux, mais dure longtemps)

Mercredi 9 novembre

Comme l’a écrit Josiane, samedi dernier avait été très éprouvant pour nous à cause d’une grosse dispute qui avait éclaté au cours d’un jeux qui a dégénéré en bagarre. Nous sommes intervenues pour essayer de relativiser le conflit, que les garçons se calment un peu. C’était très électrique sur tout le quartier ce jour, il pleuvait et nous n’étions que deux adultes…
Il est vraiment important que l’on soit plus nombreux pour que chaque enfant ait une place et que les scandales ne nous obligent pas à abandonner nos ateliers… On se renseigne pour organiser des groupes d’ « analyse de la pratique » entre quelques structures ou l’on travaille à très peu sur des projets qui nous font vivre des choses parfois humainement compliquées.

Heureusement ce mercredi était beaucoup plus coloré… le soleil de retour…. Il y avait une vingtaine d’enfants, des parents étaient présents…
Nous avons proposé les ateliers classiques, dessin, coloriage, pâte à sel, jeux de société et d’extérieur et un espace pour les plus petits.
Nous étions trois accueillantes, mais nous n’avons pas pu sortir l’atelier de mandala en utilisant les feuilles séchées que nous avions prévu. Nous espérons que la réponse à notre demande d’agrément pour recevoir des volontaires viendra sans tarder. Dans cette attente, ou celle que nous puissions être plus nombreux, il nous semble que nous devrons proposer des activités simples. Qu’en pensez-vous ? Avez des idées faciles pour varier les plaisirs ?

Le goûter était plutôt bien, nous avons partagé les biscuits réalisés par un groupe d’enfant au local le matin.

Samedi prochain le 12 nous avions proposé que chacun fasse un gâteau pour le goûter, ça tient toujours si vous le pouvez…
Je devrai partir à17h00 ce serait bien d’être plusieurs pour pouvoir rapporter le matériel au local.

On avait parlé d’une rencontre entre nous un samedi, mais c’est visiblement plus simple mercredi. Je propose le mercredi 23 novembre avant d’aller au terrain, à partir de 13h30.

A très bientôt,
Adeline

Samedi 12 novembre

Bonjour,

Samedi 12 Novembre, un Samedi sous le soleil…. C’est toujours plus facile, plus détendu.
Nous avions prévu plus de jeux de société, nous étions 4 adultes, donc plus disponibles avec les uns et les autres, environ 40 enfants sont passés.
Certains groupes d’enfants arrivent à jouer de façon autonome, surtout les filles.

C’est toujours très compliqué avec Abdel qui prend tout en pleine figure. Il avait emporté un jeu dans l’herbe pour empêcher un groupe de filles de jouer. Il voulait jouer au même jeu, il trouvait légitime d’empêcher les autres de jouer puisqu’il ne pouvait pas en profiter. J’ai eu un mal fou à lui faire accepter une règle : les jeux de société restent sur les tapis. Un des plus grands a pris mon parti.
Je lui ai rappelé qu’il aurait le temps de jouer quand les filles auront terminé leur partie, je lui ai proposé d’autres jeux…. Abdel s’en est pris à un autre jeu en cassant deux pièces de mikado. Il disait : si tu ne me donnes pas « force quatre », je casse tout ». Je lui ai apporté tout le jeu de mikado en disant : « voilà, casses tout et nous n’aurons bientôt plus de jeux pour venir sur le terrain ». Il m’a rapporté le jeu.
A un autre moment il est intervenu avec moi dans un conflit entre deux garçons, c’est lui qui a conclu notre petite conversation : « serrez vous la main, et maintenant arrêtez de vous battre »…..

Une famille est venue à notre rencontre pour la deuxième fois. Le père accompagnait sa femme et ses deux enfants. Lorsqu’il a senti qu’ils trouvaient des jeux adaptés, il est parti expliquant à ses enfants qu’il allait revenir les chercher un peu plus tard.
Une mère m’a présenté ses trois enfants. Elle avait tout juste appris notre présence sur le terrain, elle voulait comprendre le fonctionnement. Elle m’a expliqué qu’elle avait inscrit ses enfants au centre de loisir, une période de vacances, mais elle ne pouvait plus le faire, c’était trop cher. Elle a trouvé formidable qu’on soit là de façon gratuite et surtout qu’on soit là tous les mercredis et samedis après midi. J’ai parlé aussi des rencontres au local, elle semblait très intéressée.

Nous avions apporté des gâteaux « maison » pour le goûter, les enfants savent apprécier ce geste à sa juste valeur, ils étaient enthousiastes. Plusieurs ont demandé la recette, des mères également. Nous avons évoqué l’idée de faire avec les mères et les enfants des gâteaux le vendredi après l’école pour le goûter du samedi. C’est une proposition à tenir, ça peut vraiment permettre de construire une relation où on construit ensemble quelque chose.
Abdel voulait m’aider à servir le goûter, je n’ai pas voulu, par rapport à son comportement en début d’après midi. Je ne sais pas trop si c’est juste de procéder ainsi… Il veut certainement bien faire, mais il n’y arrive pas. Les quelques expériences où on lui a confié la responsabilité du goûter, il s’est comporté en despote.
Le temps du goûter a été agréable, il y avait plusieurs choix possibles, nous avons pu contenter tout le monde. Saliah avait apporté des jus de fruit !!!

Pour ces possibilités de projets avec les adultes, il y a des choses possibles dès maintenant : préparer ensemble les goûters, faire des bacs cet hiver pour cultiver des légumes dans la cour, peindre la cour…. Nous avons besoin de la contribution des adultes du quartier et d’une équipe de volontaires plus conséquente.

Voilà pour l’essentiel. Nous allons fixer une date avec Adeline pour une rencontre de notre petite équipe un Mercredi à 13h30

Bien amicalement Josiane

Mercredi 16 novembre

Le soleil est encore avec nous !!!
Ce mercredi matin, il y avait peu d’enfants, Nous sommes allés à l’espace informatique de la médiathèque ou nous avons pu réserver pour les deux prochaines séances.
Charlie avait eu la bonne idée de peindre de grosse feuilles de platane, c’était joli et facile nous avons donc aussi poursuivi cet atelier sur le terrain l’après midi.
On se pose la question de fermer ou non à clef le temps de midi… Nous aimerions pouvoir laisser accéder les enfants à certains jeux mais nous avons aussi besoin de temps pour discuter entre nous, nous organiser, à voir donc…

L’après midi était très agréable. Il y avait beaucoup de monde, des familles… On se rend compte que le bouche à oreille fonctionne bien, il y a de nouvelles familles régulièrement.
Abdel a enfin réussi à partager le goûter. Jusqu’à présent nous avions toujours refusé car il est toujours très énervé, il était très content, Asma l’a aidé.
Nous avons proposé aux mamans avec des petits de venir nous rejoindre dès ce vendredi, demain donc, au centre de loisir ou nous débutons un atelier pour les enfants qui ne sont pas encore scolarisés avec la présence d’un adulte qui les connaît bien, parent, nounou, tati… C’est l’occasion pour les enfants de jouer ensemble et pour les parents de discuter et se détendre.
Les ateliers de cuisine commencent à avoir du succès. Youssef a amélioré notre recette de petits sablés avec sa mère. Nous avons récupéré aujourd’hui les clefs de la cuisine de notre local. Il faudra quelques aménagements mais nous pourrons bientôt l’utiliser avec certaines mamans qui sont bien partantes.

En bref

Nous avons investi dans des tapis comme ceux que nous ont offert nos amis de la Maison Robinson. Ils sont très pratiques, jolis, et protègent bien du froid.

Nous sommes en train de voir avec l’Ireis la possibilité d’accueillir des stagiaires éduc.
Nous attendons toujours la réponse à notre agrément de volontaires civiles.
Josiane et Georges ont beaucoup travaillé aux demandes de subventions, nous avons déposé une demande dans le cadre du Cucs, une demande à la mairie et auprès du réapp.
Laure qui travaille sur un projet de ludothèque ambulante sera avec nous le samedi 03/12.
Nous sommes en lien avec la ludothèque des Francas pour voir les possibilités de travail ensemble.

Nous souhaiterions pouvoir débuter les travaux d’aménagement/décoration de la cour, mais nous aurions besoin de main d’œuvre. Il faudrait qu’il y ait une personne qui s’y consacre. Si vous souhaitez participer ou si vous connaissez du monde...

Adeline

Samedi 19 Novembre

Le terrain est vide à notre arrivée. Un petit groupe arrive, puis…. De plus en plus !!!
J’ai souvent cette impression que nous faisons sortir les enfants de chez eux.

Le temps n’était pas terrible, mais il y a eu plein de bons moments de jeux. Nous avions apporter d’autres jeux de sociétés, nous avons joué à 6 à « euréka », un jeu d’observation et de rapidité. Ceux qui perdaient sont restés détendus, on a même rit.
Une nouvelle famille nous a rejoint dont trois enfants. A la fin de l’après midi, ils nous ont aidé à ranger et ont porté les sacs pour bien repérer notre local pour venir nous rejoindre le mercredi matin et le vendredi après midi.
Nous avions également renouveler nos dessins à colorier qui ont eu beaucoup de succès.

Wassila m’a parlé de notre projet de faire des gâteaux avec les mères, sa maman regrettait de ne pas avoir pu venir ce vendredi, mais elle reste bien intéressée par ces rendez vous, elle en a parler à des voisines. On sent que petit à petit, les liens se tissent.
Elle a eu beaucoup de chance aux jeux ce Samedi, elle criait de plaisir. Elle a souhaité préparer le gouter et a distribué les gâteaux et les fruits avec beaucoup de sérieux, cherchant à être le plus équitable possible.
Le temps du gouter est un bon moyen de rappeler des règles de civilité, on ne se parle pas comme à des chiens, on ne transforme pas le terrain en poubelle, on s’assure que tout le monde est servi avant d’en reprendre …. La plupart du temps nous sommes écoutées, les enfants ramassent de bonne grâce ce qu’ils ont jeté par terre, et mettent dans la poubelle, s’excusent même parfois d’avoir mal parlé.

Il y a eu des bagarres qui ne concernaient pas directement notre espace de jeux, mais je suis intervenue et on a pu discuter un peu. Un père était présent, il apprécie notre présence, on se connait bien. Il est intervenu avec moi dans les conflits, il m’a aidé à ramasser les détritus. Il a même proposé à quelques jeunes des petits exercices de postures de yoga. Plusieurs jeunes s’y sont prêtés, pendant quelques minutes.
Ce Mr m’a expliqué qu’au bled, il faisait du Karaté, dans la rue il proposait des séances d’initiation aux jeunes de son quartier et ça se passait bien. Ici, il remarque que les jeunes n’arrivent pas à se concentrer. Peut être qu’un prochain jour, on pourra parler d’une possibilité d’animation…..

Houcine est venu nous dire bonjour. C’est avec lui qu’il y avait eu un conflit dans lequel il n’avait pas pu prendre de la distance. A son regard, ce samedi, j’ai senti qu’il n’était pas très sûr de notre réaction. Je trouve ça plutôt rassurant que pour lui non plus ça n’ait pas été un moment banal.

L’IREIS semble intéressé par notre proposition de lieu de stage pour les élèves éducateurs. Un formateur doit nous contacter cette semaine.

Nous souhaitons avec Adeline et peut être Orane, participer à un temps de formation organisé par l’ICEM avec laurent OTT. Deux journées centrées sur les innovations dans l’accueil de la petite enfance.

Voilà pour l’essentiel. Nous allons faire une proposition de date pour notre petit groupe ces prochains jours

A bientôt Josiane

Samedi 26 novembre

Nous ne sommes plus que deux à être fidèles à nos rendez vous avec les enfants et les familles le mercredi et le samedi après midi. Nous espérons la présence des volontaires du service civique et des stagiaires de l’IREIS d’ici janvier.

Ce samedi 26 Novembre, Younes et Rodica sont venus nous aider à porter les sacs. Nous avons rencontré environ une vingtaine d’enfants. Wassila est arrivée toute meurtrie. A deux reprises, le vendredi après midi, un groupe d’enfants s’était jeté sur elle dans la cour de l’école, elle avait été plaquée au sol, elle souffre beaucoup du dos depuis ce matin. Les parents des enfants responsables de cette brutalité seront convoqués par le directeur d’école.
Wassila a juste commenté cet évènement : « je crois que les autres ne me voient pas, je dois être transparente ». Elle n’a pas manifesté l’envie d’en parler plus.

Nous avons joué à plusieurs jeux de société. Il y avait une bonne ambiance de jeux. Adeline a fait plusieurs parties de UNO avec un bon groupe de grands, ils rigolaient fort !!!
J’étais plutôt avec les filles et les plus petits, « mémori », « euréka », puzzle….. Des temps de jeux très tranquilles.

Le gouter se passe de mieux en mieux. Un à trois enfants se proposent pour la distribution, ils se répartissent les rôles. Le souci c’est d’être bien équitable, de n’oublier personne, de ne pas trop donner à seulement quelques uns.
Nous avons même pu nous moquer de Issa qui fait toujours sa grosse brute, ne dit jamais « s’il te plait », garde son attitude menaçante de gros caïd… il a souri lui-même de son comportement. Est-ce qu’il baisse un peu la garde ?

Il faisait très froid, Camel s’était emmitouflé dans la nappe du goûter, il a mimé une grand-mère, plusieurs enfants se sont prêtés à ce jeu, j’ai pensé que c’était certainement pas les copains habituels de Camel, mais que ça pourrait peut être un peu le devenir.
Après le gouter, beaucoup ont décidé de rentrer chez eux, nous étions gelés. Nous avons décidé à plusieurs d’établir des horaires d’hiver, plutôt 14h30/16h30 et après un de temps de jeux sur le terrain, partir ensemble au local pour gouter, prendre une boisson chaude, jouer à d’autres jeux.

Camel et Abdel nous ont raccompagné. Nous avons parlé de notre projet bacs pour jardiner, ils sont bien partant pour nous aider à fabriquer des grands bacs. Nous allons faire un appel à volontaires à l’AMAP de Beaubrun pour que quelques adultes puissent aider les enfants à la construction.

Camel à deux reprises a fait allusion au fait que ses parents s’en foutent de ce qu’il fait de ses journées. J’ai senti qu’on pourrait lui demander ce qu’il en pense, comment il le vit. Souvent il me semble qu’il ne faut pas se précipiter sur les révélations que certains enfants nous font parfois. Ça parait important de prendre le temps avant de poser plus de questions, qu’ils ne se sentent pas menacé, qu’ils ne regrettent pas une parole lâchée.

Les enfants sont nos meilleurs alliés, ils sont de plus en plus partie prenante, s’impliquent concrètement, ils passent régulièrement au local parfois juste pour dire bonjour. A plusieurs reprises nous avons senti leur sens des responsabilités, du collectif, ils veillent par exemple à emprunter des jeux que s’ils sont sûr de pouvoir les ramener en bon état. Plusieurs ont déjà renoncé à prendre un jeu, parce que les petits frères et sœurs risquaient de l’abimer ou que le jeu risquait d’être volé. Ils ne sont pas demandeurs de choses extraordinaires, juste ils demandent la présence d’adultes de façon fiable et régulière.

Samedi prochain Laure qui a monté une ludothèque viendra nous faire découvrir de nouveaux jeux.
Pour les vacances de Noël nous allons pouvoir emprunter des jeux aux Francas, trois étudiantes viendront participer le Samedi 24 Décembre.
Nous allons avoir une très belle salle à Beaubrun pour accueillir les enfants et les familles. Les projets ne manquent pas.

Josiane

Réaction de Laurent Ott

Bonsoir,

Magnifique Chronique d’atelier, que l’on se sent proches de ce :
“Les enfants sont nos meilleurs alliés, ils sont de plus en plus partie prenante, s’impliquent concrètement, ils passent régulièrement au local parfois juste pour dire bonjour. A plusieurs reprises nous avons senti leur sens des responsabilités, du collectif, ils veillent par exemple à emprunter des jeux que s’ils sont sûr de pouvoir les ramener en bon état. Plusieurs ont déjà renoncé à prendre un jeu, parce que les petits frères et sœurs risquaient de l’abimer ou que le jeu risquait d’être volé. Ils ne sont pas demandeurs de choses extraordinaires, juste ils demandent la présence d’adultes de façon fiable et régulière.”
A Longjumeau, nous pouvons attester de cette fidélité, de cette accroche, de cette confirmation... sur treize années.

Nous voyons aussi que vous traversez un peu le désert côté accompagnement , car il est dur, difficile, de tenir dans le temps. En effet, un stagiaire pourrait recréer une dynamique mais que ferait-il les autres jours ?

Laurent

Mercredi 31 novembre

Bonjour,

Un rapide compte rendu de notre bonne journée d’hier.
Le matin il y a eu 11 enfants. Ils ont pu circuler entre trois groupes.
Nous avons jardiné, planté des pensées données par la mairie et des bulbes de jonquilles.
Un groupe était inscrit à un atelier d’informatique à la médiathèque et d’autres ont pu faire des jeux de société.
Nous nous rendons compte que pour jardiner il est bien d’être un adulte pour trois enfants.
Les parents de Youssef nous ont apporté un très bon couscous pour notre repas du midi en surprise, son père avait repéré que nous mangions sur place.

L’après midi était ensoleillé. Comme l’a noté Josiane dans son dernier texte, nous avons annoncé nos nouveaux horaires aux enfants et aux mamans 14h30/17h30 et que pendant les travaux du cercle, en cas de trop mauvais temps, nous irons prendre le gouter au centre de loisir, rue de l’apprentissage.
Se sont les enfants qui ont assuré le gouter !! On y arrive ! Ce sont toujours un peu les mêmes qui s’y collent et font cela très bien !!
Nous avions un peu les mêmes jeux que d’habitude, il me semble que malgré le fait que nous n’étions pas beaucoup d’adultes, nous avons pu prendre du temps avec les enfants qui le demandaient.

Suite au prochain épisode,
Adeline

Poster un message

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 145 Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 146
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Création mcr-consultants, squelettes sous license GPL. Site réalisé avec SPIP