[Portail pour l’accès aux droits sociaux]

Rencontre du groupe "le travail social dans la crise" Le travail social peut-il devenir un moyen de transformation ?

Ces rencontres se déroulent les samedis après midi tous les deux mois, prochaine rencontre le 3 Juillet.

mercredi 16 juin 2010 - Josiane Reymond

Le 29 mai, à l’initiative du groupe "Le travail social dans la crise", plusieurs personnes intervenant dans divers domaines du travail social se sont retrouvées pour échanger leurs interrogations, réflexions, expériences. Leur souhait est d’essayer de donner du sens au travail social, qu’il devienne un moyen de transformation, qu’il développe une démarche permettant de construire des solidarités, une démarche fondée sur la réaffirmation des droits fondamentaux.
Ces personnes participent à ALPHA, au Portail pour l’accès aux droits sociaux, aux activités des Moyens du Bord, ou travaillent au Conseil Général, à l’ADAPEI, à la Passerelle, à la CAF, au Samu Social, à Pôle Emploi.

Présentation des objectifs

Le groupe « le travail social dans la crise » est une émanation du Portail pour l’accès aux droits sociaux. Il est issu des inquiétudes et des interrogations de personnes, d’associations, de travailleurs sociaux, par rapport à la crise que nous traversons (voir Invitation à engager un programme de travail sur « le travail social et l’action sociale dans la crise »).

Un nombre de plus en plus important de personnes perdent peu à peu leurs droits, s’appauvrissent gravement. Les nouvelles lois limitent les possibilités de réponses aux besoins, aggravent le contrôle social. Même l’aide vitale devient aléatoire
Avec les restrictions budgétaires, des emplois sont supprimés dans les métiers de l’accueil et l’accompagnement, l’éducation, la santé.
La nature même du travail social change. Le travailleur social devient un technicien appliquant des décisions. Les réponses sont de plus en plus morcelées, avec des spécialistes qui répondent dans des domaines cloisonnés.
Les travailleurs sociaux se sentent eux même très isolés. Il n’y a plus de transversalité, de connaissance sur les missions et responsabilités, plus de mise en commun d’expérience. Beaucoup de travailleurs sociaux ne se retrouvent pas dans ces nouvelles directives. Il y a un besoin urgent de construire des liens, de retrouver de la cohésion.

Constats et perspectives

De plus en plus les écoles de travailleurs sociaux apprennent à ne pas prendre partie, mais « être neutre », c’est être du côté de l’institution…. Elles forment des exécutants.
Ce système qui forme les gens de façon servile et docile s’est généralisé dans tous les domaines, à partir des années 80. Tout doit découler des règles générales, des lois du marché.

Les financements destinés aux associations, sont de plus en plus à durée limitée, de façon à contrôler les missions, on organise ainsi un statu précaire de professionnels. Cela met à mal l’éthique des associations.
Les associations sont souvent gérées par des gestionnaires qui ne savent pas défendre un projet, qui cherchent à rentabiliser la structure On ne prend plus de risque, on applique les dispositifs. Alors que la relation d’aide devrait contribuer à permettre l’intervention autonome de ceux qui subissent des injustices, elle devrait contribuer à créer des forces autonomes.

De plus en plus d’institutions définissent des contrats avec les personnes en demande d’aide. Des contrats où l’institution définit les difficultés et les aides nécessaires. Des contrats sous forme d’injonction, où les personnes sont sommées de mettre en route des démarches et d‘obtenir des résultats. Des contrats qui n‘ont rien à voir avec la notion d’accès aux droits.
Pour mieux se situer dans ce type de relation contraignante, nous avons besoin de nous interroger sur la notion de contrat social qui, dans les textes, invite chacun à accepter la légitimité de l’état dans la mesure où ce dernier assure la protection tous….

Pour sortir de « ça », nous avons besoin de créer des lieux pour discuter, pour partager nos questions, ce que nous comprenons, nos idées.
Nous avons besoin de découvrir les différents secteurs, de poser les choses, de réfléchir, d’avoir moins « la tête dans le guidon », et que ça s’interconnecte.

Que voulons-nous défendre et construire, en terme d’action sociale ?....

Que le travail social devienne un moyen de transformation, qu’il offre une réelle dignité à tous, qu’il sorte de l’exclusion, qu’il construise une démarche qui permette de reconstruire des solidarités. Une démarche fondée sur la réaffirmation des droits fondamentaux : le logement, un revenu suffisant, la santé, l’éducation….
Nous ne souhaitons pas seulement échanger des expériences, mais raccrocher des idées, réaffirmer des valeurs. Construire une pensée collective, des savoirs et des connaissances, partager les enseignements de nos différentes pratiques, ce qu’elles nous ont fait comprendre, nos avancées, nos limites.

Pour ne plus subir, nous avons besoin de nous nourrir intellectuellement.

Nous voulons orienter notre travail de réflexion et de recherche sur différents domaines :

1. - De nombreux auteurs produisent des écrits qui peuvent nous permettre de réaffirmer des valeurs, des fondamentaux en terme d’action sociale. Nous souhaitons analyser leur réflexion, là faire connaitre. Nous avons pensé à Miguel BENASAYAG, Saül KARTZ, André GORZ, Robert CASTEL, Laurent OTT.
Merci de toutes vos suggestions de lectures, d’expériences….

2. - Nous souhaitons proposer des rencontres publiques, ouvertes à tous, en invitant des personnalités reconnues pour leur démarche constructive en terme d‘action sociale.

3. - Nous pensons possible de faire des liens avec d’autres lieux qui invitent à la réflexion dans laquelle nous reconnaissons nos préoccupations. Le Remue Méninge est un « café lecture » qui développe des échanges à partir de réflexions d’auteurs sur des questions de société. Des rencontres y sont prévues tout au long de l’année sur la question du « travail ». Nous trouverons sans doute l’occasion d’intervenir.

4. - Dans un premier temps, nous allons comprendre ensemble les interpellations de Laurent OTT qui met, entre autre, en évidence ce qui pénalise gravement les familles, à savoir que la responsabilité des fractures de la société, ce sont les familles qui doivent l’assumer (voir le site de son association Intermedes).

5. - Nous souhaitons repartir du texte de Laurent OTT qui avait été proposé : « Le travail social et la marchandisation des relations humaines »

Pour que ce lieu d’échange devienne vivant, nous proposons des rencontres régulières tous les deux mois, le Samedi après midi de façon à avoir le temps nécessaire à des échanges constructifs.
Chacun peut venir selon ses disponibilités, il sera informé de nos avancées et pourra prendre part à ce qui sera mis en route.

Notre prochaine rencontre est prévue :
Samedi 3 Juillet à 14h
à l’Amicale de Beaubrun, Espace Pibarot, 11 Rue de l’Apprentissage.
Nous discuterons à partir du texte de Laurent OTT "Travail social et marchandisation des relations humaines"

Compte rendu réalisé par Josiane Reymond

Ci dessous, en document à télécharger, un compte rendu plus détaillé de cette rencontre.

Voir aussi le texte de Miguel Benasayag "Crise de la société - Crise du travail social"

Pièce jointe

Télécharger Nom Extension Taille
Compte rendu détaillé Compte rendu détaillé Word 29 ko

Poster un message

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 145 Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 146
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Création mcr-consultants, squelettes sous license GPL. Site réalisé avec SPIP