[Portail pour l’accès aux droits sociaux]

Est-ce un délit que d’accompagner des enfants rroms avec leurs parents quand ils vivent dans des conditions précaires déshumanisantes dans l’agglomération lyonnaise ?

mercredi 17 février 2010 - Geneviève et Giberte

Ce mercredi 10 février 2010 après avoir informé les familles que le samedi 13 nous emmenions les enfants au cinéma à Lyon, nous - Geneviève et Gilberte - quittions en voiture le squat du chemin de la Grande allée à Pierre Bénite - qui se termine en impasse à ce niveau là - où nous avions stationné.

Nous vîmes arriver face à nous, roulant à droite puis se déportant sur sa gauche - comme si ils avaient le projet d’intercepter des individus dangereux - un véhicule de la police nationale gyrophare allumé qui s’est arrêté face à notre voiture impliquant un arrêt immédiat.

Le policier qui est venu à notre hauteur a demandé assez agressivement : « d’où venez vous ? ». Nous n’avions rien à cacher, mais aucun compte à rendre non plus, Geneviève qui conduisait a demandé pourquoi cette question et si il y avait une infraction. Cette réponse a été interprétée comme un « refus de répondre » et nous avons vite été entourées par les autres policiers deux hommes une femme : vérification des papiers, examen de la voiture pour trouver une infraction quelconque, tandis que le « dialogue » se poursuivait avec le plus gradé.

Notre refus de répondre, bien que relevant de notre droit le plus strict, comme il l’a reconnu, prouvait à l’évidence a t-il dit que « nous n’aimions pas la police » et cela justifiait pleinement le harcèlement auquel lui et ses collègues étaient en train de se livrer. Désespérant en effet de trouver une brèche légale où s’engouffrer, soit avec la voiture, soit dans notre comportement, l’un d’eux a fini par déclarer que Geneviève roulait sans sa ceinture, ce qui était faux, nous l’avions toutes les deux mises en démarrant.

Grâce à ce truc invérifiable, ils ont commencé à verbaliser. Pendant ce temps deux autres voitures de la police nationale avec gyrophare allumé sont arrivées et ont pris position autour de nous.
Gilberte n’était pas sortie de la voiture car ils n’ont pas le droit de demander les papiers des passagers et était de ce fait témoin.

Geneviève a refusé de reconnaître l’infraction et de signer le PV, ils ont alors menacé d’en rajouter un de plus à propos d’un rétroviseur soi-disant non-conforme, d’un essuie-glace abimé … Puis ils y ont renoncé et nous ont laissé partir en nous suivant.

Il n’est pas inutile de préciser que l’incident s’est passé le jour même et à l’heure où le collectif de solidarité avec les Rroms avait organisé un pot amical sur une place publique d’Oullins pour faire se rencontrer des habitants d’Oullins et leurs voisins squatters rroms.

Geneviève et Gilberte

NB. Geneviève a contesté la contravention auprès du Tribunal de Police (90 euros en amende « minorée » et retrait de points de permis demandé par les policiers).

Forum

Date par Message
20/02 Geneviève Decrop Est-ce un délit que d’accompagner des enfants rroms avec leurs parents quand ils vivent dans des conditions précaires déshumanisantes dans l’agglomération lyonnaise ?

Bonjour,

Je vous remercie de vos messages de soutien dans l’affaire de notre « interpellation » par la police à la sortie du squat de Pierre Bénite. Vos réactions m’ont fait chaud au cœur.
J’ai bien entendu contesté la contravention et j’irai aussi loin que possible dans l’appel de la décision si elle est maintenue. Le problème à mes yeux n’est pas le préjudice que j’ai subi, que j’estime minime au regard d’atteintes subies par les Roms eux-mêmes et par nombre de militants et de personnes engagées dans la solidarité, voire par des citoyens ordinaires.
Si je veux poursuivre l’affaire, c’est pour les raisons suivantes :
Dans l’affaire, deux droits fondamentaux constitutionnels ont été bafoués : celui d’aller et venir en toute liberté et celui de ne pas répondre à un « interrogatoire » policier en dehors de toute infraction et de toute procédure légale. Il est très inquiétant que le fait de vouloir simplement maintenir en les exerçant ces droits fondamentaux soit interprété par la police comme une conduite suspecte qui doit être sanctionnée par tous les moyens disponibles. Le commentaire du policier le plus gradé « vous refusez de répondre, c’est donc que vous n’aimez pas la police » fait écho au slogan mis en circulation par l’extrême droite et repris à son compte par le pouvoir actuel « la France, tu l’aimes ou tu la quittes ». C’est le genre de choses qu’on ne peut laisser passer.
D’autre part, l’interpellation a eu lieu, à l’évidence, parce que Gilberte et moi, nous sortions d’un squat de Roms sous le coup d’une procédure d’expulsion. Il s’agit d’intimider les personnes qui viennent en aide aux Roms, et d’isoler encore davantage cette population. Je crains que la pression sur les Roms et ceux qui les soutiennent n’aille en s’aggravant. Je crains qu’elle n’ait un double objectif : isoler les Roms de leurs soutiens, isoler les collectifs de militants du reste de la population. La tolérance à leur égard est si fragile qu’il ne sera sans doute pas très difficile de parvenir au moins au deuxième objectif, dans la conjoncture actuelle.
Il est significatif que des atteintes aux droits fondamentaux des citoyens ordinaires et bien intégrés soient perpétrées justement à propos des populations les plus fragiles et les plus marginalisées. Le lien entre les droits des citoyens du « centre » et ceux de la marge a été concrétisé à propos de cette histoire singulière et cela me renforce dans la conviction que la défense des droits humains des plus faibles et des rejetés constitue le verrou de toute défense des libertés de tous. Voilà la raison la plus déterminante pour laquelle il faut dénoncer l’interpellation indigne et fallacieuse de mercredi dernier. Je vous tiendrai au courant de la suite de l’affaire
Merci à vous tous et à bientôt

Geneviève Decrop, le 19 février 2010

Poster un message

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 145 Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 146
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Création mcr-consultants, squelettes sous license GPL. Site réalisé avec SPIP