[Portail pour l’accès aux droits sociaux]

"Hier, aujourd’hui, demain, nous nous opposons à la délation des travailleurs, chômeurs, étrangers."

Des salariés de l’ANPE, de l’Assedic, de la DDTEFP, d’associations et d’organismes de formation, viennent de créer le RFI (le Réseau Emploi, Insertion, Formation)

lundi 26 novembre 2007 -

Ils viennent de lancer une pétition nationale.
Nous publions ci dessous leur texte de motivation ainsi que celui de cette pétition avec les premiers signataires. Ils ont également créé un blog pour communiquer et donner un maximum d’informations. En titre cette phrase de Jean Moulin : "J’ignorais qu’il était si facile de faire son devoir."
Voir : http://refi.over-blog.org

Pour signer la pétition.

R.E.F.I.POURQUOI UN RESEAU EMPLOI FORMATION INSERTION ?

Nous sommes des salariés des services publics : ANPE, Assedic, DDTEFP, ou encore d’associations, d’organismes de formation, nous refusons de collaborer à la chasse à l’étranger qui s’est instaurée dans ce pays.

Dans une ANPE du département du Rhône, l’un de nos collègues a été confronté à une situation insupportable : il devait signaler, à la police de l’Air et des Frontières, l’arrivée d’une personne étrangère qui avait été convoquée, à son insu, sur ses plages de rendez-vous.

Malaise... Heureusement, ce jour là, la personne n’est pas venue.

Depuis, nous nous parlons, nous échangeons, il n’est pas question de nous taire, nous ne voulons ni être acteur, ni complice de ce genre de situations qui nous font penser aux pires périodes de notre histoire.

Notre mission c’est l’emploi, la formation, l’insertion, ce n’est pas le contrôle des papiers des étrangers, et encore moins la délation.

Pourtant de nouveaux textes, directives risquent de multiplier ces graves atteintes à notre déontologie.

Nous avons donc décidé de nous organiser et de résister collectivement en créant :
LE RESEAU EMPLOI FORMATION INSERTION.

TEXTE DE LA PETITION

HIER, AUJOURD’HUI, DEMAIN,
NOUS NOUS OPPOSONS À LA DELATION
DES TRAVAILLEURS ET CHOMEURS ETRANGERS

La chasse aux étrangers est ouverte partout : dans la rue, les quartiers, les écoles, les foyers, les administrations, les hébergements d’urgence, les entreprises... La politique du chiffre prévaut, souvent sans discernement

Les pressions s’exercent en cascade, du Président au Ministre, du Ministre aux Préfets... et la tentation s’accentue de faire participer tous les échelons institutionnels à cette course effrénée.

De l’ANPE à l’ASSEDIC :

Le Courrier et la circulaire du 4 juillet 2007, adressés aux Préfets, ne laissent aucun doute sur les intentions du Ministre. C’est bien, maintenant parmi les chômeurs qu’Hortefeux a décidé de débusquer les étrangers, pourtant en séjour régulier ! L’alibi de la lutte contre la fraude ne suffit pas à légitimer la présomption de culpabilité qui s’installe. Le personnel de l’ASSEDIC et de l’ANPE est considéré comme auxiliaires de police, leur « nouvelle mission » : envoyer à la préfecture des photocopies de toutes les cartes de séjours des étrangers venant s’inscrire (voir ci dessous en document à télécharger le décret 2007-801 relatif aux instructions communes ANPE-Unedic sur la vérification des autorisations de travail des étrangers).

Dans les DDTEFP :

L’inspection du travail a été placée sous l’autorité du ministère du travail et de celui de l’immigration dans le cadre d’une nouvelle infraction « le travail illégal des étrangers » qui contrairement aux dispositions actuelles du code du travail ne permet pas de rétablir dans leurs droits les personnes en situation de travail. Pour contourner les résistances des agents de contrôle dans la mise en œuvre de ces orientations discriminantes déjà définies par les circulaires SARKOZY-LARCHER, plusieurs DDTEFP dont celle du Rhône veulent créer une brigade volante d’agents de contrôle pour aller remplacer les collègues réfractaires à effectuer les contrôles centrés sur l’origine supposée des salariés.

Dans les associations comme Cabiria :

Les associations qui accueillent et accompagnent des migrant-e-s n’échappent pas aux pressions policières. L’association de santé communautaire Cabiria, qui effectue un travail de prévention et d’accès aux droits avec des personnes prostituées, a été récemment incitée par la police à dénoncer les personnes sans-papiers de sa connaissance. Cette démarche va évidemment à l’encontre de l’éthique et des missions pour lesquelles l’association reçoit des financements. Cabiria craint une multiplication de ces pressions policières, ce qui porterait un grave préjudice au travail d’accompagnement effectué par le milieu associatif.

Notre métier c’est l’emploi, la formation, l’insertion. Nous ne nous laisserons pas détourner de nos missions pour collaborer à cette politique obsessionnelle du chiffre en matière de lutte contre l’immigration clandestine (tellement clandestine qu’elle vient s’inscrire à l’ANPE).

Nous refusons d’appliquer toute procédure (transitoire ou définitive) visant à mettre en œuvre une loi, une circulaire discriminante, une injonction préfectorale, humiliante, vexatoire, qui stigmatise l’étranger et le fait passer pour un fraudeur potentiel.

Ces lois, ces décrets, ces circulaires sont contraires à notre éthique, notre déontologie, et ont des relents des pires périodes de notre histoire, c’est pourquoi, sur le modèle du Réseau Education Sans Frontière, nous appelons à la création d’un Réseau des Services de l’Emploi, de la Formation, et de l’Insertion :
-  Pour empêcher l’application de ces directives, ces lois.. qui bafouent les droits des personnes au seul prétexte qu’elles ne sont pas de la « bonne origine ».
-  Pour témoigner, par tous les moyens, sa solidarité à toute personne bafouée dans ses droits, la soutenir et briser le silence en effectuant des campagnes d’information.
-  Pour exprimer sa solidarité et aider tout professionnel sur lequel une pression serait exercée afin qu’il applique ces directives inacceptables.
-  Pour faire reconnaître le droit de désobéissance déontologique de tous les professionnels confrontés à des actions qui seraient en contradiction avec leurs missions de services au public, et dont la finalité serait le contrôle des étrangers dans le cadre des lois de l’immigration.

Les premiers signataires

ALMAGRO Eric Conseiller ANPE, BALASKO JOSIANE ACTRICE, BEAUMONT Marie José Conseillère R USP HCR ANPE, BILLARD Martine Députée Paris, BINIAKOUNOU Bernadette Conseillère ANPE, BOURELLY Martine CPE ANPE HCRB, BOUTAULT Jacques Maire Paris 2ème LES VERTS, BRISTOL Sarah Conseiller ANPE Gennevilliers, CARACCI Sabine Conseillère R ANPE, CASSAIGNEAU Cécile Conseillère anpe auch, CHARBONNEAU Brigitte GISTI, CHARTIER Michèle retraitée, CHAUVAC Nathalie Conseillère ANPE, CHEVALLIER Luc SNU, DALCO Michel ANPE Manosque, CAVELIER Clément ATTAC, DAUCE Claude Conseillère ANPE, DERBACHIR Eddi Tby Conseiller ANPE TREMBLAY, DJELLOUL Ouria Tby AEP ANPE TREMBLAY, DUBOIS Annette CPE ANPE Breteuil, DUMONTIER Jacques LDH Saint Fons/Feyzin,DUPONT Xavier Conseiller ANPE, EYRAUD Jean Baptiste DAL, GAILLOT Jacques Evêque, GAUMONT Marc retraité, GEGOUT Catherine Conseillère de Paris PCF, GONNY Anne Pascale Conseillère ANPE Strasbourg, GRANIER Karine Enseignante, GUICHARD Bruno A.G.A.,HAGENMULLER Didier Conseiller R ANPE, JOSEPH Thérèse ANPE Gennevilliers, LANDREVIE Sabine Conseillère SNU ANPE, LEGER Micheline FSU Ministère du travail, LEVY PECHALLAT Rose-Marie Conseillère ANPE, MARRUCCHELLI Fernanda Conseillère du 2ème ardt, Paris MASSA Evelyne AEP ANPE VERSAILLES, MOMEIN André Retraité ANPE, OTTAVI Alain Retraité SNU ANPE, Patrick PELLOUX Médecin urgentiste, PRAT Marina Conseillère ANPE MONTIGNY, RECLUS Colette CAG DDA NANTES, RIGAUDIAT Jacques Economiste, RODRIGUES Bruno Conseiller ANPE Fréjus, RUBERT François Conseiller ANPE, SALESSE Yves Conseil d’Etat Collectif anti libéraux, SILVESTRE Aline LCR 69,SIMON Dominique Chargé de Projet ANPE STEIGER, Jean Charles Conseiller PFV NANTES, THOMASSIN Gérard retraité SUD ANPE, VALLUY Jérôme Univ. Paris 1 / réseau TERRA, VARDELLE Murielle Conseillère ANPE VILLECHALANE, Philippe Porte Parole APEIS, VILAIN Paul Eric RL’F69VILLIERS Claire Vice Présidente Conseil Régional IDF, VRECOURT Christine Conseillère anpe

Pièce jointe

Télécharger Nom Extension Taille
Décret 2007-801 : Instruction commune ANPE-Unedic, relatif à la vérification des autorisations de travail des étrangers Décret 2007-801 : Instruction commune ANPE-Unedic, relatif à la vérification des autorisations de travail des étrangers Word 189 ko

Forum

Date par Message
13/12 David "Hier, aujourd’hui, demain, nous nous opposons à la délation des travailleurs, chômeurs, étrangers."
Bravo pour cette très belle initiative qui montre que de nombreuses personnes travaillant dans ces services continuent de porter avec honneur et courage une certaine conception du service public et de l’intérêt général contrairement à ce qu’essayent de leur imposer certaines directions nationales ou locales.
3/12 agnes "Hier, aujourd’hui, demain, nous nous opposons à la délation des travailleurs, chômeurs, étrangers."
je ne suis pas salariée de l’ANPE mais je viens m’exprimer ici pour soutenir cette action et le futur Réseau des Services de l’Emploi, de la Formation, et de l’Insertion. Comme si la recherche d’emploi n’était pas une situation deja suffisemment précaire !

Poster un message

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 145 Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 146
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Création mcr-consultants, squelettes sous license GPL. Site réalisé avec SPIP