[Portail pour l’accès aux droits sociaux]

Compte rendu de la rencontre du Collectif Unitaire Anti Délation de la Loire du 11 septembre 2007

mardi 25 septembre 2007 - Josiane

Au sein du Collectif Unitaire Anti Délation (CUAD) de la Loire, qui s’est constitué pour résister à la loi dite de « prévention de la délinquance", un groupe s’est mis en place pour réfléchir sur le rôle et le contenu du travail social aujourd’hui et essayer de faire émerger de nouvelles pratiques. Il est constitué de travailleur sociaux, de rmistes et d’autres personnes intéressées au renouvellement du travail social.
Une première réunion a eu lieu le 11 juillet dernier (lire le compte rendu) et une deuxième le 11 septembre. Le texte ci dessous en est le compte rendu. Il se veut une contribution et un appel à approfondir le débat.
La prochaine réunion plénière du CUAD aura lieu Mardi 2 Octobre à 18h à la Bourse du Travail de Saint Etienne salle 66

Nous faisons l’état des lieux de l’actualité depuis cet été.

1- Le mouvement de grève initié par le personnel du Conseil Général concernant les nouvelles procédures de la prise en charge des bénéficiaires du RMI, a permis de stopper ce projet [1] et de mettre en place un groupe de travail de Juillet à Septembre.
L’objectif de ces rencontres entre les personnels de la DATA (Délégation à l’Aménagement du Territoire et de l’Agriculture qui est désormais chargé de veiller a suivre les rmistes du point de vue de leur recherche d’emploi) et du Conseil Général, était double :
-   réfléchir à une collaboration possible entre ces deux services ;
-   se questionner sur les incidences de cette nouvelle organisation dans la prise en compte des personnes accompagnées.
Ce groupe de travail a été piloté par des responsables de la DIE (Direction de l’Insertion par l’Emploi), service qui a initié la DATA.
L’objectif de la DIE est clair : en devenant référant de tous les bénéficiaires du RMI elle interdit tout accès de ces personnes à un accompagnement par l’assistante sociale de secteur.
Le groupe de travail s’est surtout centré sur les problèmes de rivalité entre les services ce qui a bien évité d’aborder les questions de fond notamment sur cette notion d’accompagnement ou de contrôle des personnes.
Nous avions déjà noté comme qu’une des questions principales de cette réorganisation résidait dans "la disparition d’un accompagnement global et de proximité au détriment d’une prise en compte complexe des situations individuelles des RMISTES ».
Cet exemple est symptomatique d’une stratégie générale, il n’y a plus d’espace de réflexion sur la politique sociale, tout est centré sur l’organisationnel.

2- Les contrats de Réussite Educative commencent à se mettre en place sur certaines communes (Le Chambon Feugerolles) ou dans certains quartiers de St Etienne (Tarentaize-Beaubrun).
Le maire devra coordonner une équipe de professionnels de plus en plus large. Des infos seront échangées sur des situations particulières de familles sans la présence des intéressés.
Le CREF de Lyon (Centre Ressource Enfant, Famille, Ecole) souhaite mener une réflexion sur cette nouvelle façon de cibler certaines familles qui ne seraient pas suffisamment compétentes. Claire est en lien avec les membres de ce centre.
La FCPE a peut être une position concernant ce nouveau procédé. J’ai interrogé le président de la Loire qui n’avait pas abordé cette question au sein de leur collectif départemental. Peut être pouvons nous les solliciter au niveau national ?

Ces deux points abordés nous confirment que nous devons :
-  Poursuivre notre présence sur différents sites d’accueil social, de façon à toucher les institutions, les personnels et le public, pour questionner, interpeller, ouvrir sur d’autres voies possibles.
Nous pouvons adapter les écrits qui existent déjà de façon à proposer un support à nos échanges lorsque nous serons présents sur les sites.
-  Elaborer une réflexion sur l’éducation, notamment à propos de la "base élève", du contrat de réussite éducative.
-  Poursuivre la réflexion sur l’action sociale.  [2]
Voir le site RéseauEval : http://www.reseaueval.com
-  Constituer une veille, un lieu ressource, pour favoriser l’échange d’expérience et éviter l’isolement des personnes et des professionnels.
Sur ces différents points, nous souhaitons éviter une réflexion qui s’adresserait aux seuls professionnels, favoriser la rencontre entre tous ceux qui s’interrogent et qui cherchent. L’urgence, c’est de rassembler. Il est important également plutôt que de renvoyer seulement de l’inquiétude, des interrogations, évoquer et proposer des possibles.

Nous souhaitons rendre visible les expériences alternatives. Nous pourrions explorer ce qui se passe dans les quartiers. Claire imagine que certains étudiants pourraient être partie prenante. L’idée est de rencontrer les personnes ressources, des structures ou des habitants, pour faire une enquête des réalités de chaque quartier.

Malika rappelle les conséquences de cette politique de restriction et de rentabilité : depuis deux, trois ans, certains assistants sociaux qui sortent de l’école se retrouvent au chômage, près de la moitié de la dernière promo est dans cette situation.
Le service social est un appareil d’état, il n’empêche que chaque professionnel est responsable de ce qu’il perçoit de la réalité et de ce qu’il en fait. Nous avons besoin de nous ouvrir à une vision globale, de faire le lien dans nos pratiques avec la politique.
Nous sentons nécessaires de faire circuler des réflexions sur le travail social, sur des actions qui prennent en compte la personne.

Souhaitant que le contenu de notre rencontre soulève en vous l’enthousiasme pour entreprendre et proposer, nous vous souhaitons nombreux à notre prochaine plénière

Mardi 2 Octobre à 18h à la Bourse du Travail salle 66

Pour le groupe
Josiane

[1] Il s’agit de transférer l’ensemble de l’accueil et du suivi des personnes au RMI, sur la Délégation à l’Aménagement du Territoire et de l’Agriculture (DATA) pour orienter les gens exclusivement vers l’emploi, au détriment d’une prise en compte globale des personnes et de leurs projets et au détriment également d’un accueil de proximité par les assistantes sociales de secteur.

[2] Voir dans le n° 2354 "Actualités Sociales Hebdomadaires" du 9 avril 2004 l’article "L’impossible neutralité du travail social", et dans la même revue le n°2373 du 17 septembre 2004 l’article "Le travail social a-t-il un sens ?".

Poster un message

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 145 Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 146
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Création mcr-consultants, squelettes sous license GPL. Site réalisé avec SPIP