[Portail pour l’accès aux droits sociaux]

Un revenu pour chaque paysan

vendredi 24 novembre 2006 -

Nous publions ci-dessous un texte de régis Hochard, porte parole de la Confédération paysanne, sur le droit au revenu pour les paysans. Ce droit au revenu, qui devrait être un droit pour tout être humain, est remis en cause pour les paysans par la politique agricole.
Après d’autres départements dans l’Ouest, à Saint Etienne plusieurs paysans de la Confédération paysanne, ont engagé à tour de rôle un jeûne de protestation contre les inégalités de traitement entre agriculteurs dans l’accès aux aides de la PAC.
Ce jeune a débuté les vendredi et samedi 10 et 11 novembre, et s’est poursuivi les 17 et 18 et les 24 et 25 novembre. Le collectif des jeûneurs de l’ouest et la confédération paysanne ont rencontré la commission européenne qui a confirmé que les choix d’application de la réforme de la PAC, mis en oeuvre par la France, accentuaient les inégalités de traitement entre paysans. Ainsi, malgré la réforme, 80% des aides publiques vont à seulement 20% des paysans. Ainsi, dans le cadre de l’aide au revenu (DPU) versé par Bruxelles aux agriculteurs, le prince de Monaco se voit attribuer 300 000 euros pour une exploitation céréalière qu’il possède dans la région parisienne.

" Un revenu pour chaque paysan !"

"Nous paysans, enfin ceux qui restent, avons du travail, souvent plus qu’il n’en faut d’ailleurs. Travail que nous pourrions partager si à ce travail correspondait un revenu.

Or, depuis 1970, notre revenu baisse régulièrement et depuis 1998, il a baissé en moyenne de 28%.

Aujourd’hui, nombre d’entre nous vendons nos produits en dessous de nos prix de revient.

Quand le consommateur achète une baguette de pain dans son quartier ou à son village, il dépense 0.80 euros. Ce pain contient de l’eau, du sel et 2.25 centimes de blé. Dans les 77.5 centimes, il y a le revenu du boulanger et personne ne le lui conteste. Dans les 2.25 centimes de blé, il n’y a pas le revenu du paysan. Pour qu’il y soit, il faut rajouter 1.25 centimes.

Dans un yaourt à 0.23 euro, il y a 3.5 centimes de lait. Avec les 19.5 centimes de différence, on paye les investisseurs, les salaires et les profits des IAA de la grande distribution. Mais dans les 3.5 centimes, on ne rémunère plus le travail du paysan. Pour certains d’entre nous, la différence est encore, mais pour combien de temps, partiellement comblée par des aides directes.

Quelle est cette politique imbécile, meurtrière qui, mise en place par des politiques, les administrations et la Fnsea/JA, organise dans un premier temps la précarisation des paysans et leur disparition ensuite ?

En imposant la maîtrise des productions et leur répartition entre paysans, la confédération paysanne apporte des réponses.

En revendiquant une autre politique agricole basée sur la maîtrise, la répartition et le contrôle des marchés, la confédération paysanne apporte des solutions.

Cette politique doit amener les paysans à d’autres pratiques agricoles et, par des prix de marché cohérents, leur assurer un revenu.

Pour la période 2008-2013, ces orientations doivent déjà être prises et les aides à l’actif, aux handicaps, aux améliorations de pratiques agricoles, au développement rural doivent représenter au moins 20% du budget de la PAC.

Et parce qu’il y a besoin de financer ces actions,

Et parce que les inégalités en sont trop criantes,

Les aides à la production doivent faire l’objet d’une modulation progressive et être obligatoirement plafonnées.

En actionnant simultanément ces leviers, nous pourrons de nouveau vivre de notre travail.

Mais nos revenus ici ne doivent pas tuer les revenus des paysanneries du monde. Le principe de souveraineté alimentaire doit se transformer en droit international effectif.

Ce droit au revenu, nous continuerons à le porter comme par le passé dans les mois qui viennent, notamment pendant la campagne électorale [1].

Parce que du résultat dépendra notre force à peser,

Parce que les chambres d’agriculture sont un outils pour réinstaurer un revenu pour tous les paysans. "
Régis Hochard, porte parole de la Confédération paysanne

[1] En janvier vont avoir lieu les élections aux chambres d’agriculture

Poster un message

Warning: Illegal string offset 'nom' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 145 Warning: Illegal string offset 'email' in /var/www/vhosts/droits-sociaux.fr/httpdocs/ecrire/balise/formulaire_forum.php on line 146
modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Lien hypertexte (optionnel)

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d'informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

Création mcr-consultants, squelettes sous license GPL. Site réalisé avec SPIP